Méditations du Jeudi: Avoir bon courage (1e partie)

Avoir bon courage (1e partie)

Bien-aimés dans le Seigneur,

Nous trouvons cette expression deux fois dans la Bible, notamment dans Nombres 13:20 et dans Josué 1:7.

Lorsque nous lisons ces deux références, nous nous rendons compte que l’expression est utilisée dans des contextes particuliers. Dans Nombres 13 :18-20, Moïse est en train d’envoyer les jeunes espions explorer la terre promise. C’est une expédition difficile et périlleuse pour laquelle il faut des personnes ayant un caractère particulier leur permettant de surmonter des difficultés sans peur.

Dans Josué 1 :6-9 par contre, DIEU définit clairement la mission de Josué à qui incombe la lourde responsabilité de faire entrer les enfants d’Israël dans la terre promise, un territoire occupé par des nations puissantes et nombreuses. Pour y arriver, il faut beaucoup de courage à Josué, car c’est une entreprise très difficile.

Lorsque la bible parle de bon courage, ceci nous pousse à penser qu’il y aurait aussi le mauvais courage.

D’abord qu’est-ce que le courage ? C’est une force de caractère qui fait supporter la souffrance et braver les dangers. C’est aussi l’énergie morale face au danger, à la souffrance ou aux difficultés, un désir ou élan nécessaire pour agir. On peut aussi l’entendre comme la vigueur avec laquelle on exécute une tâche.

Ainsi défini, on peut donc comprendre que le courage est neutre puisque l’on peut avoir cette force de caractère pour faire le mal ou le bien.

On dira donc que le bon courage nous pousse à braver les difficultés pour atteindre un but noble, c’est-à-dire pour faire ce qui est bien ; et le mauvais courage est cette même force, mais qui est utilisée pour faire le mal, ce qui ne peut être bénéfique.

On va voir l’exemple du mauvais courage dans Nombres 14. Après le rapport des espions, toute l’Assemblée se soulève, et prend sur elle le risque de désobéir à DIEU, c’est à dire de le défier. C’est ainsi qu’ils décident de reprendre le chemin de cet affreux désert pour rentrer en Egypte. Il faut vraiment être courageux et téméraire pour penser seulement à une telle entreprise. Rentrer dans le désert en se nommant un nouveau chef signifie prendre le risque de renier DIEU, d’affronter la chaleur du désert, de marcher sans la conduite de la colonne de nuée et de feu, de souffrir cette grande soif qu’ils ont eu seulement quelques jours après leur sortie de l’Egypte, et surtout traverser cette grande mer qu’ils avaient traversé à sec, et enfin retrouver les égyptiens qui ne seraient pas très enthousiastes à l’idée de les recevoir, eux dont l’armée s’est détruite dans la mer avec leur pharaon à cause de ces hébreux. Sans compter qu’ils ont perdu leur bétail, leurs cultures, des biens précieux et leurs premiers-nés toujours à cause de ces mêmes hébreux.

Oui ! Pour penser à cette entreprise et toutes les difficultés qu’ils n’ont pu surmonter que par la puissance de DIEU, il fallait être très courageux. C’est cela le mauvais courage. Les conséquences de ce courage se trouvent dans Nombres 14 :22-23. Ils ont eu le courage de vouloir rentrer en Egypte pour braver deux années de marche dans le désert, que celui d’avancer, d’entrer dans la terre promise et d’en prendre possession.

Un autre exemple de mauvais courage c’est la trahison de Judas. Il a été si courageux qu’il a pu accompagner ceux qui ont arrêté son maître, et même jusqu’à embrasser JÉSUS. Il fallait un grand courage pour arriver à cela. Il a eu un grand courage, mais le mauvais. La difficulté était grande, il fallait braver le regard de son maître, la colère de ses frères, les « qu’en-dira-t-on » … Mais pour trente pièces d’argent, il a eu ce funeste courage. Les conséquences de ce mauvais courage ont été tristes: il s’est pendu (Actes 1:18).

https://www.facebook.com/landry.pasteur

Ananias et Saphira dans Actes 5 ont eu un mauvais courage. Ils ont connu pourtant ce qu’est le Saint Esprit. Ils connaissaient que DIEU est saint et qu’on ne peut pas le tromper. Ils ont tout de même eu un grand courage, au point de défier DIEU en mentant au Saint-Esprit. Les conséquences c’est la mort qui s’en est suivi.

Adam et Eve ont eu un mauvais courage en prenant sur eux le risque de désobéir à DIEU, leur créateur. Ils avaient pourtant eu l’instruction de ne pas manger du fruit défendu. Mais ils ont pris la grande décision de manger, et la mort est venue.

Le mauvais courage nécessite beaucoup d’effort, par rapport au bon courage. C’est sur ce principe que l’on a fait les machines pour détecter les menteurs. On sait que celui qui ment fourni plus d’énergie que celui qui dit la vérité, puisque la vérité est naturelle et ne se fabrique pas. Il faut donc du courage pour mentir, mais du mauvais courage.

Qu’en est-il du bon courage ?

Nous le verrons jeudi prochain.

Si cette méditation vous a intéressé, passez-la à vos amis.

Pasteur TCHANA Landry

Centre Evangélique de Tsinga. Tel : 677 325 281

https://www.facebook.com/landry.pasteur

Ne manquez pas nos émissions sur la Radio JÉSUS-CHRIST Roi des rois, sur 95.0 FM à Yaoundé et ses environs.

Suivez-nous à facebook :  http://www.facebook.com/Vraie-Eglise-de-DIEU-du-Cameroun-1789448614667281/

A propos de l'auteur

Poster un commentaire

*