Bulletin des annonces Février – Mars 2017

Bien-aimés dans le Seigneur, Alléluia !
Nous disons grandement merci au Seigneur pour la grâce parfaite qu’Il nous a faite en Son fils JESUS-CHRIST. Par Lui, nous sommes devenus des enfants de DIEU, des héritiers des promesses faites à Abraham, le père de ceux qui croient en DIEU avec justice. Nous sommes devenus possesseurs d’un héritage qui ne se peut ni corrompre, ni souiller, ni flétrir, lequel nous est réservé dans les cieux (1Pi 1: 4). A Lui soient, par JESUS-CHRIST, la gloire, la majesté, la toute puissance et toute adoration, Amen.
Nous voici en mars, le troisième mois de l’année. Nous disons merci au Seigneur qui renouvelle Sa bonté envers nous de jour en jour.
Le mois de février a été pour nous un mois d’activités ; Il y a eu la réunion des Serviteurs et le culte d’ensemble à Ngousso, la SEMEVA dans plusieurs stations et la réunion des Serviteurs à Youpwe. Cela ne doit pas nous faire oublier qu’il a été aussi un mois très difficile avec des  cas de maladies de part et d’autre et la disparition brutale d’un de nos fils, sans compter les multiples difficultés que l’on rencontre dans les Assemblées.
Il était nécessaire, dans les temps comme ceux-ci, que l’on se souvienne de l’appel de l’Homme de DIEU à la Convention universelle, où il nous rappelait l’importance de la prière. Il voulait voir les Maries, les Dorcas, les femmes de prière, des groupes de prière… Dans le livre de Joël 2 : 12 – 27, il est demandé de vaquer à la prière et à l’humiliation pour implorer la miséricorde et la grâce de DIEU.
C’est à propos que le prophète dit : « Voilà pourquoi, en des temps comme ceux-ci, le sage se tait ; Car ces temps sont mauvais » Am 5:13. En effet, il se tait non pour regarder en spectateur médusé ce que qui se passe, mais pour vaquer à la prière. C’est pour cette raison qu’il est écrit : « Il voit qu’il n’y a pas un homme, Il s’étonne de ce que personne n’intercède ; Alors son bras lui vient en aide, Et sa justice lui sert d’appui » Esaïe 59: 16. Nous devons chercher à « calmer » le cœur de DIEU, ceci en nous appliquant à la pratique des instructions que nous recevons de Lui par la bouche de Son oint. En effet, être auprès de la source ne voudrait pas dire s’assoir devant lui de matin au soir, mais bien sûr de marcher comme il nous demande. La source nous a enseigner que dans ces temps, les Serviteurs ne devraient plus se plaindre des difficultés qu’ils ont, mais aller devant DIEU et chercher le témoignage de DIEU, seule preuve que l’on a obéit à la source et qu’on a la faveur de DIEU. C’est cela qui doit encourager le Serviteur de DIEU. L’homme devrait chercher le témoignage de DIEU et non celui de l’homme. L’Apôtre Paul dit dans Galates 1-10 : « Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de DIEU ? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ ». Ceci parce que c’est DIEU qui bénit, car « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut, du Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation » Jacques 1: 17.
Dans le présent numéro, nous avons publié une lettre circulaire de 1980 et une autre lettre circulaire de 1994. Ces deux lettres nous montrent comment dans les périodes difficiles, l’Eglise prenait un temps de prière pour chercher la face de DIEU et parer aux difficultés. Nous voyons par ces rappels comment les anciens agissaient.
Vous trouverez aussi dans ce numéro nos rubriques habituelles.
Nous remercions tous les bien-aimés qui nous aident en nous communiquant les informations de leurs localités.
Je vous souhaite une bonne lecture et que la paix du Seigneur soit avec vous.

Pasteur TCHANA Landry

Directeur de l’Edition et de la Communication de la Vraie Eglise de DIEU du Cameroun

A propos de l'auteur

Poster un commentaire

*