Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort.

Bible 8Bien-aimés, je vous convie à la méditation de cette réflexion. Ma prière c’est que le Seigneur utilise ces quelques mots pour vous fortifier dans la foi chrétienne au nom de JESUS-CHRIST.

Le Seigneur nous a dit dans le livre de Jean 14 :1  « Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi ».

Lorsque l’on parle de croire en DIEU il est question de prendre pour vrai Sa Parole. C’est-à-dire que celui qui dit qu’il croit en DIEU doit considérer que tout ce qui est dans la Bible est vrai. Les promesses de DIEU, ses prescriptions. Tout ce qu’Il demande on doit le faire sans rien omettre ni rien négliger, quelque soit le lieu ou on se trouve, quelque soient les circonstances et les temps, car il dit qu’Il est le même hier aujourd’hui et éternellement. Il a fait des promesses de bonheur pour ceux qui croient en lui, et Il promet le châtiment à tous ceux qui se révoltent contre Lui.

Celui qui croit à DIEU doit totalement obéir à la volonté de DIEU et savoir avoir confiance absolue en Lui. Il doit pouvoir s’abandonner à DIEU et savoir se décharger sur DIEU de tous ses soucis « déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui–même prend soin de vous » (1 Pierre 5 :7).

JESUS nous a fait connaître déjà notre incapacité et notre faiblesse lorsqu’Il nous dit dans Jean 15 :5 : « Je suis le cep, vous êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure porte beaucoup de fruit, car sans moi vous ne pouvez rien faire ». Celui qui croit en DIEU prend aussi cette Parole pour vrai pour savoir se confier au Seigneur qui nous a dit « … Tout pouvoir m’a été donné dans le ciel et sur la terre » (Mt 28:18) et aussi dans  Lu 1:37  « Car rien n’est impossible à DIEU ».

C’est donc logique que nous nous abandonnions à celui qui nous a fait de bonnes promesses de son assistance.

Il dit à l’apôtre Paul : « Ma grâce te suffit, car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi » 2Co 12:9. Et l’Apôtre Paul de tirer la belle conclusion dans le verset qui suit : « C’est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ».

Puisque la puissance de DIEU se démontre dans ma faiblesse, il est donc préférable pour moi que dans tout ce qui m’arrive dans ce monde que je me sente faible pour que la puissance de DIEU se manifeste. Ainsi, je n’aurais pas à être orgueilleux car c’est de DIEU que vient ma délivrance.  Voilà le secret de la foi : « quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ».

Cette conscience de ma faiblesse me pousse à m’humilier devant DIEU toujours, à me cacher sous ses ailes et à implorer en toute chose son secours. Fini donc les luttes vaines de mon égo. D’où la vie continuelle de prière et de sanctification. C’est pour cette raison, que le Maître connaissant notre faiblesse nous demande de prier en tout temps. La prière est un acte de foi, d’abandon total de son sort à DIEU.

Celui croit en DIEU ne vient donc pas devant DIEU lorsque toutes ses autres voies de recours ont échouée. JESUS n’est pas pour lui une roue de secours. Mais il s’est abandonné à DIEU pour toute sa vie.

Ceux qui ont eu un bon témoignage dans la Bible ont expérimenté cette puissance de DIEU qui se démontre dans notre faiblesse. Nous pouvons citer Moïse, Joseph, Daniel et ses compagnons, Paul… Ils n’ont pas appris par l’échec, comme nous le faisons à nos jours.

 

Prenons pour vraie la Parole de DIEU et sachons en toute chose sentir notre faiblesse pour vaquer à la prière. Retenons ce verset « car ma puissance s’accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi… quand je suis faible, c’est alors que je suis fort ». Croyons à la Parole de DIEU.

L’amour

Chers lecteurs et Chères lectrices,

pour ce mois je vous propose de lire et de refléchir sur ce thème que j’ai tiré des documents d’archive.

C’est un enseignement donné par l’homme de DIEU NESTOR TOUKEA en 1999. IL est vrai qu’en ce temps l’étais encore étudiant en Allemagne. Mais en lisant cet enseignement cela m’a beaucoup aidé. je voudrais que ce texte vous aide aussi. 

Pour des questions, je suis à votre disposition.

Pasteur Paulain.

L’AMOUR

Il y a un seul amour parfait. Quand on perd ce seul amour parfait sur une personne ou sur une chose, on le déporte sur une autre personne ou sur une autre chose. Et ce serait sur cette dernière que l’on peut éprouver une joie parfaite.

Exemple 1 : J’avais aimé de tout mon cœur être militaire. Si je dévie de cet amour pour être cultivateur, je dois m’épanouir dans l’agriculture.

Exemple 2 : Supposons que je suis prédicateur, et entre temps, le service de la prédication me paraît difficile et je perds courage. Je peux constituer ma joie sur une autre chose. Néanmoins, je me rappellerai toujours de mon premier amour et je m’attristerai : « Mais, ce que J’ai contre toi, c’est que tu as abandonné ton premier amour » (Apocalypse 2, 4).

Donc, il y a plusieurs amours, mais un seul parfait. Faites attention aujourd’hui dans les Assemblées, car plusieurs Serviteurs ont déjà perdu leur premier amour envers DIEU, et ils apportent aux chrétiens une fausse consolation, au lieu du Consolateur : « Et Moi, Je prierai le Père, et Il vous donnera un autre Consolateur, afin qu’Il demeure éternellement avec vous. » (Jean 14, 16). C’est de là que vient la routine, et on se réjouit dans le péché sans s’en apercevoir.

Ainsi, la descente du Saint-Esprit est impossible, tandis que la venue des esprits est possible. On se réjouit mais sans aucun profit : pas de paix, ni de guérison ; on a des difficultés tous les jours. Voici ce que dit le Seigneur : « Regarde, Je t’établis aujourd’hui sur les nations et sur les royaumes, pour que tu abattes, pour que tu ruines et que tu détruises, pour que tu bâtisses et que tu plantes » ; « Voici, je t’établis en ce jour sur tout le pays comme une ville forte, une colonne de fer et un mur d’airain, contre les rois de Juda, contre ses chefs, contre ses sacrificateurs, et contre le peuple du pays. Ils te feront la guerre, mais ils ne te vaincrons pas ; car Je suis avec toi pour te délivrer, dit l’Eternel » (Jérémie 1, 10 ; Jérémie 1, 18-19). Or, nous venons dans l’Eglise faire la coexistence pacifique avec les chrétiens. Nous cherchons à les consoler au lieu de les guérir. Cependant, DIEU nous a envoyés les guérir…

Voici par exemple ce que l’ennemi prêche à certains chrétiens ou serviteurs : « Si ta position ne connaît pas de changement d’ici un an, mieux vaut que tu fasses le commerce avec tes économies, ou bien que tu ailles dans un pays étranger ». Mais malgré tous ces objectifs, ils n’éprouvent pas de paix car ils voient leur vocation ou leur appel s’avilir.

                                               Yaoundé, le 17 Juillet 1999

                                     Le Responsable Général de l’œuvre,

  Homme de DIEU Nestor TOUKEA

A propos de l'auteur

Poster un commentaire

*